All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Tomber en amour au deuxième regard

Par Marika Guilbeault-Brissette – le dans Sexe

Je suis persuadée que tous les êtres humains ont un autre qui leur est destiné. Sinon, à quoi ça sert d’être un humain? Dans le cas contraire, je veux être un Wookie et vivre sur Kashyyyk. Trêve de plaisanterie. Je fais partie de ceux qui croient fermement en l’âme sœur, tsé le mytique amour de ta vie. Je sais bien que certains nous trouvent aussi fous que ceux qui ont foi en la parole de Raël, mais bon, je m’assume.

tumblr_o1dewfM7xV1uc45xpo1_500Crédit: Tumblr

Je ne pense pas que tout le monde le trouve durant sa courte vie. Je sais également que ce n’est pas la priorité de tous. Puis, maintenant, l’amour ça se vit parfois à plus que deux. Ceci dit, ce dont je suis certaine, c’est que le coup de foudre n’a rien à voir avec l’authenticité d’un amour naissant. Je m’explique.

Il y a de ces gens qui sautent sur les occasions, impulsivement, sans hésiter. Puis, il y a les autres, ceux qui préfèrent prendre leur temps afin de regarder à deux fois avant de plonger pour de bon. Je me dis que c’est pas mal pareil quand on trouve celui ou celle avec qui on veut passer un moment. Peut-être l’éternité, peut-être juste un bout de chemin, mais il se passe quelque chose.

Un matin que je commençais un nouvel emploi, il s’est présenté à moi comme le géant de la place. Du haut de ses 6pi6, difficile de passer inaperçu. À ses côtés, c’est de la haute voltige. Dans tous les sens du terme. Sa chevelure poivre et sel m’avait intriguée. Ses yeux d’un bleu perçant me rappelait étrangement ceux d’Albus Dumbledore. Dans la stature, il y avait la même sagesse. J’avais l’impression qu’on allait devenir de bons amis et c’est également ce dont j’avais envie. C’est d’ailleurs ce qui est arrivé.

largeCrédit: Weheartit

À l’époque, j’étais en couple et lui aussi. Jamais nous n’avons pensé qu’il pourrait y avoir plus. L’un de nos nombreux points en commun était et est toujours notre croyance en l’amour monogame et tout de même passionnel. Parce que oui, ça se peut. Nos convictions menaient nos actes. Nos gestes reflétaient nos valeurs. Puis, la vie…

J’ai déménagé. J’ai changé. Tsé le passage entre le cégep et l’université. Les minutes, les heures, les jours, les années qui séparent le 20 du 25 ans. Fait que, je suis devenue célibataire. Je ne sais pas, mais on dirait que pour plusieurs, c’est un passage obligé. On se refait une peau neuve. Parce qu’on avait tellement investi dans ce cocon-là que s’en extraire nous fait voir le monde différemment. Je pense que c’est pour ça qu’aujourd’hui, entre lui et moi, ça pétille.

Nous étions loin, mais Facebook a fait son travail. Il faut bien qu’il serve à autre chose qu’à me faire procrastiner pendant des heures devant des pages de théories sur la prochaine saison de Game of Thrones. Bref, nous avions gardé contact à distance et de façon très timide, mais tout de même. En mars, vers la fin de cet hiver froid, d’autant plus que j’apprivoisais la nouvelle solitude qui habitait mon lit habillé de draps glacés, je reçus un message de sa part. Des nouvelles, tout simplement.

large2Crédit: Weheartit

J’appris qu’il n’était plus avec sa blonde de longue date. Il en était fort peiné. Je lui ai parlé de mon ancienne relation. Je l’ai écouté. Les conversations devenaient de plus en plus fréquentes, de plus en plus attendues. Entre les commentaires sur les photos, les discussions sur la musique et les bonne nuit suivis de trois x, nous nous sommes donnés rendez-vous.

Le soleil d’après-midi d’un printemps pressé avait été témoin de nos regards en coin, de nos sourires gênés. Il y a de ces retrouvailles qui promettent beaucoup. Et parfois, il arrive que ces possibles soient si peu prévus qu’ils passent presque inaperçus. J’avais tout de même perçu sa fébrilité lors du voyage de retour en métro. Le bruit émit par le train de ferraille accompagnait le balancement de nos corps. Le sien, si grand dans ce compartiment en boîte de savon, était imposant. Tenter de le regarder dans les yeux impliquait le même genre de mouvement que de plonger son regard dans le ciel.

Puis, il a demandé un deuxième rencard. J’ai accepté. J’ai enfilé une robe tachée d’ancre et nous nous sommes rejoints dans le parc près du fleuve sous l’immense arbre. Les fourmis étaient de la partie. Le soleil était un voyeuriste qui avait aimé sa première expérience. Cet après-midi là, la gravité s’est dissipée. Je flottais. Vide de tout. C’est là que j’ai vécu pour la toute première fois la chute dont certains parlent. Celle qui se vit comme en apesanteur. C’est là que je suis tombée véritablement en amour, lors du deuxième regard.

J’ai déjà utilisé les mots pour me remémorer à volonté les souvenirs de cette journée. Depuis, l’amour n’a jamais autant goûté le miel et le pain doré. Parfois, je me demande ce qui serait arrivé s’il n’y avait pas eu de retrouvailles. Si nous avions arrêté tout simplement après la bière de fin mars. J’aurais raté la plus belle des opportunités que l’on m’ait jamais offerte. Le deuxième coup d’oeil est parfois si primordial, si nécessaire. De toute façon, la vie se plaît bien à insister. Heureusement pour nous deux.

Vidéo récente
- Sexe

Le polyamour, qu'est-ce que c'est exactement ?

Plus de sexe

Le polyamour ou aimer plus qu’une personne à la fois

Le polyamour ou aimer plus qu’une personne à la fois

Et si on s’envoyait quelques sextos aujourd’hui?

Et si on s’envoyait quelques sextos aujourd’hui?

La deuxième chance de trop

La deuxième chance de trop

Kim Bélisle -

Populaires

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Marie-Pier Hamon -
Vernis à ongles: les tendances printemps-été 2019 que tu dois essayer

Vernis à ongles: les tendances printemps-été 2019 que tu dois essayer

Nerds -