All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Tomber en amour avec soi-même en premier

Par Joanie Hébert – le dans Bien-être, Sexe

Il y a quelques semaines, j’ai entendu une des fameuses phrases que personne ne veut entendre. Du moins, pas venant d’une personne que tu aimes du plus profond de ton coeur. Les mots résonnent encore dans ma tête comme une mauvaise blague. Comme si on m’avait fait un prank qui ne finissait jamais. Je cherche les caméras, mais je ne les vois pas. Ashton Kutcher ne sort pas d’une porte avec une foule de caméramans qui rient en criant « You just got punk’d »! C’est donc vrai et je dois faire face à la réalité. Cette phrase, c’est quelques mots dits un peu maladroitement : « Je ne sais plus comment j’arriverais à être heureux dans cette relation-là.» BANG. Dans les dents. Coup de pelle dans le visage. Camion qui me roule sur le corps.

Parce que cette relation, c’était la mienne. Cette relation, c’en était une en laquelle j’avais une confiance absolue. Une dans laquelle je me voyais grandir et vivre longtemps toute la vie. Mais ces mots sont sortis. Ces mots qui sont devenus des maux. Ces mots qui m’ont serré le coeur si fort que j’ai eu l’impression qu’on me l’arrachait à coup de scalpel.

Puis sont venus les questionnements. Comment MOI, je n’étais pas parvenue à rendre la personne que j’aime heureuse? Où avais-je raté? N’y a-t-il pas un moment où on aurait pu m’informer? Soixante-douze mille questions en tête. Au final, je savais déjà la réponse; Carrie Bradshaw de Sex and the City avait raison quand elle disait: «Don’t forget to fall in love with yourself first.». J’aurais dû m’aimer d’abord, avant d’aimer quelqu’un d’autre. C’est vrai, comment aimer quelqu’un d’autre comme il le faut quand toi-même tu n’arrives pas à aimer ta propre personne, à y faire attention, à la gâter, à la chérir?

 

Pour la première fois de ma vie d’amoureuse, je suis sereine face à la rupture. Je suis sereine parce que je comprends que j’ai du travail à faire sur moi-même pour pouvoir donner à mon prochain tout l’amour que j’ai à offrir, quand je m’aimerai assez fort. Cette rupture, je la prends comme une leçon de vie, comme une expérience. De marde, oui. On s’entend, qui s’attend à devoir remballer des boîtes de déménagement défaites il y a trois mois? J’avais d’ailleurs écrit ce texte il y a quelques mois. Je me rappelle avoir hésité, douté et pleuré longtemps avant de décider de faire le move. Aussi, avant de publier l’article, je focussais sans cesse sur la dernière phrase : « Advienne que pourra, au pire, on redéménagera ». Toujours, le focus sur cette finale que je me trouvais dont niaiseuse d’écrire. Pourquoi? Feeling de fille, j’imagine. C’est fou ce qu’ils ne nous mentent pas. (Les filles, écoutez-la, la petite voix.) Mais bon, au final, je l’ai fait. Parce que j’y croyais. Fort. Fort de chez très fort.

Je crois que chaque personne qui est placée sur notre route a un rôle à jouer, quel qu’il soit. Il y a de ces gens qui sont de passage pour t’apporter le petit quelque chose qui te manquait pour que ton chemin soit plus facile. Ces personnes qui te font un lift vers le vrai bonheur, vers une plus belle relation avec toi ou avec les autres… ou avec un autre. On dit que « rien n’arrive pour rien ». Et j’y crois. Tellement, mais tellement.

On m’a déjà dit que la peine serait proportionnelle à l’espoir que j’avais en cette relation. C’est vrai, si j’étais un chapitre dans sa vie, dans la mienne, il était le livre entier. L’histoire de la peine qui est proportionnelle, je trouve ça beau… Mais triste, en même temps. Car si c’est vrai, elle durera toute la vie.

D’ici là, on laisse la poussière redescendre, on remballe les boîtes, on les redéballe et surtout: on fait confiance à la vie. Car après tout, rien n’arrive pour rien. Et… entre nous deux, je me surprends même à avoir hâte à la suite des choses, au prochain chapitre de ma vie.

Plus de bien-être

10 façons de décorer son appartement pour moins de 25$

10 façons de décorer son appartement pour moins de 25$

Ce que voyager seule m’a appris : récit de la Grèce

Ce que voyager seule m’a appris : récit de la Grèce

Le «courage» de réaliser le rêve de sa vie

Le «courage» de réaliser le rêve de sa vie

Populaires

À l’aube de mes 30 ans, j’ai le bouton panique collé

À l’aube de mes 30 ans, j’ai le bouton panique collé

Tout laisser derrière pour recommencer

Tout laisser derrière pour recommencer

À toi qui ne parles plus à ta mère

À toi qui ne parles plus à ta mère