All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

La vie est belle

Par Sarah Leblanc – le dans Bien-être, Santé

La civilisation moderne est assoiffée de beauté, mais y a très peu accès. À force de construire des objets, des maisons, des immeubles sans âme, nous avons dépoétisé nos sociétés.

– (L’étonnant et doux-amer) Pierre Rabhi (Merci Anne-Sophie)

En lisant cette phrase-là, ça m’a frappé dans’ face. J’ai parfois l’impression qu’on est devenus las d’entendre parler de critiques sur notre époque moderne (mondialisée-industrialisée-pleine-d’inégalités-full-techno-tu-comprends-le-principe). Du genre que les moyens de communication nous rendent paradoxalement plus seuls; qu’on joue pu dehors comme le faisait nos parents; qu’on est dont ben individualistes; qu’on est dont ben méchants de vouloir être riches blablabla (encore une fois, tu comprends le principe). Pis j’pense pas que je parle uniquement de moi quand je remarque cette lassitude qui se propage, tel un ado qui dit à sa mère en soupirant : «C’est beau, j’ai compris, arrête.»

Devine quoi? Ben on n’a aucune raison de se sentir las d’entendre ça. Aucune raison de trouver ça cliché. Parce que c’est vrai. Pis on n’a PAS encore compris. Dans mon langage à moi, si on lève les yeux en l’air en réaction à ce genre de propos, ça s’appelle l’art du déni.

«Bon, où est-ce qu’a s’en va avec tout ça, elle?», te dis-tu.

J’men va te dire (sois pas offusqué, je me parle surtout à moi-même, mais au tu, c’est plus facile) non pas qu’on vit dans une société foutue, mais qu’on a le merveilleux pouvoir de changer c’qu’on veut changer (pas sauver le monde, mais agir soi-même autrement).

Ce que j’essaie de te (me) dire, au fond, c’est que la vie est belle. Mais surtout, que la vie est belle quand on le dit. Parce que la vie, c’est ce que t’en fais (ben oui, un autre cliché!). C’est le même principe que de dire «Ma vie, c’est d’la marde» (#SansRancuneLisaLeblanc). Pis on est tu dont ben bons pour ressasser tout ce qu’on aurait pu/dû faire dans notre journée dans notre coco pendant 2h avant de s’endormir, ou encore de détester les autres pour se cacher que c’est soi-même qu’on aime mal.

Ce que j’essaie de vous (nous) dire, au fond, c’est simple. C’est beau. C’est : «Entourons-nous donc de beau.» Pis si tu trouves ça trop lassant que je te dise de passer plus de temps avec la nature que sur ton ordi, plus de temps avec des gens qu’avec Facebook, ben fais-le autrement. Fais-le comme tu veux, mais fais-le. Aime la vie, aime les gens, prends le temps de remarquer la beauté du monde. Fais-le, que ce soit dans l’art ou dans les yeux de ta blonde, dans ta barre de chocolat équitable ou dans la neige avant qu’elle fonde. (Ben oui, ça rime.)

Et j’ai pas la prétention d’être une experte du carpe diem et de maîtriser le lâcher prise et le bonheur, (très) loin de là. Mais va ben falloir qu’on commence en quelque part. Faque je sais pas pour toi, mais moi j’men va sourire toute seule dans mon salon en regardant les gens marcher dehors.

Plus de bien-être

Ce que voyager seule m’a appris : récit de la Grèce

Ce que voyager seule m’a appris : récit de la Grèce

Le «courage» de réaliser le rêve de sa vie

Le «courage» de réaliser le rêve de sa vie

Garder le cap

Garder le cap

Populaires

Quand ton plan de vie prend l’bord

Quand ton plan de vie prend l’bord

À l’aube de mes 30 ans, j’ai le bouton panique collé

À l’aube de mes 30 ans, j’ai le bouton panique collé

À toi qui ne parles plus à ta mère

À toi qui ne parles plus à ta mère