All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Sur le beat de… Ariane Zita

Par Nerds – le dans Divertissement

Je l’avoue tout de suite : elle et moi, ça remonte aux pichets de bière après les cours d’allemand à l’UQÀM, l’hiver avant la grève étudiante. À l’époque, Ariane Zita travaillait à temps perdu sur son EP. Depuis, l’adoratrice de la race féline, des blagues douteuses et du karaoké a façonné un album complet indie folk, Oui mais non, qu’elle a lancé le 3 novembre dernier au Ritz PDB. Causerie sur le parcours singulier d’une passionnée.

Crédit : Amélie Hubert-Rouleau
Crédit : Amélie Hubert-Rouleau

Les Nerds : Tu roules ta bosse depuis déjà quelques années. Trouves-tu que c’est particulièrement difficile de faire entendre ta propre voix au Québec, par rapport à ailleurs?

Ariane Zita : Je pense que c’est difficile partout. Ici, il y a vraiment une question linguistique. Il y a une discrimination, à la base, envers tout ce qui n’est pas fait en français. Tu tombes encore plus dans une craque quand tu es un artiste dont la langue maternelle est le français, mais que tu veux t’illustrer en anglais. On dirait que [ça se passe], parce que tu es un peu un traître pour les francophones et un peu un intrus pour les anglos. Mais c’est ma vision, je ne suis pas en train d’accuser personne, mais c’est comme ça que je me suis sentie.
LN : Justement, étant donné que ton premier projet était plutôt en anglais, as-tu ressenti une injustice de constater que des gens de ton entourage réussissaient à avoir des subventions parce qu’ils chantaient en français?

AZ : Oui. Je trouve que le Québec essaie de s’illustrer à travers sa culture, mais surtout à travers le français et ça met vraiment des balises, parce que si ce n’est pas spontané pour toi de le faire en français,  ça va être plus tough que pour quelqu’un pour qui ça a été naturel. Je trouve que ça bloque un peu la spontanéité au niveau de l’expression.

L’exemple qui me vient souvent en tête, c’est celui des Suédois, des Norvégiens, ou des Scandinaves [en général]. On ne va pas demander à The Tallest Man on Earth ou à First Aid Kit pourquoi ils ne chantent pas en suédois; parce que c’est clair que ces gens-là, ils visaient plus haut que la Suède avec ses 7 millions d’habitants (la même démographie que le Québec).

Je sens qu’au Québec, tu es vraiment perçu comme un genre de traître. Je l’ai beaucoup senti en spectacle, quand j’ai fait une tournée au Québec. Beaucoup de gens me disaient : j’adore ce que tu fais, mais je suis déçu que tu chantes en anglais. Ça, c’est quelque chose que je trouve tough, parce que je ne pense pas que les gens réfléchissent vraiment à pourquoi ils sont déçus. Ils vont écouter Bruce Springsteen, ou Céline Dion qui chante en anglais à Vegas depuis des années, mais ils sont déçus que je chante en anglais, moi, qui fait zéro dollars avec ma musique.

On parle de rayonnement de la culture, de rayonnement du Québec; je pense à des artistes québécois francophones ou québécois anglophones, comme par exemple Milk and Bone ou Patrick Watson, qui vont, à grande échelle, aller s’illustrer internationalement. [C’est eux] qui font rayonner le Québec. Depuis que Céline Dion est reconnue, le monde s’intéresse au Québec. Il y a des gens partout dans le monde qui ont appris le français juste pour comprendre ses chansons. Ça, c’est un autre type de rayonnement et je trouve ça plate qu’on soit bloqués dans cette capsule linguistique-là. Je ne trouve pas ça juste.

Crédit : Amélie Hubert-Rouleau
Crédit : Amélie Hubert-Rouleau

LN : Tu as dit dans une autre entrevue que pour toi, le fait d’écrire en français, c’était quelque chose de beaucoup plus personnel. As-tu trouvé ça difficile d’aller creuser plus loin avec ça?

AZ :  Oui, parce que tu dis des choses [sur toi]. Dans cet album-là, il n’y a rien sur lequel tu peux mettre le doigt et dire : oui, ça, c’est lui, ça, c’est elle. [Avec le fait] de sortir un album, tout le monde a accès à ton jardin secret. Ce n’est pas parce que tu fais de la musique que tu aimes nécessairement ça que le monde ait accès à ton jardin secret. Ça ne veut pas dire que tu es un livre ouvert. J’ai ma vie personnelle, mes amis proches la connaissent. Mais je trouve qu’en français, c’est tough de s’éloigner un peu de son jardin.

Source : Facebook d'Ariane Zita
Source : Facebook d’Ariane Zita

LN : Quel a été ton plus gros défi dans la confection de l’album?

AZ :
C’est le niveau de sérieux de la chose. C’est quand même Howard Bilerman qui l’a réalisé; [il a travaillé avec] Arcade Fire, les Barr Brothers, Godspeed You! Black Emperor, etc. C’est intimidant.

Quand j’ai su qu’il avait accepté, j’ai eu peur qu’il trouve ça poche. Finalement, non, pas du tout, il était là pour m’appuyer comme un genre de grand frère. Sinon, quand j’ai enregistré le EP, ça a pris un an quasiment, à temps perdu. Il n’y avait pas de limite de temps. Tandis que là, j’avais des balises; le 5 juillet, il fallait que toutes mes chansons soient bien, que les arrangements soient beaux et que ce soit catchy.

Crédit : Amélie Hubert-Rouleau
Crédit : Amélie Hubert-Rouleau

LN : Tes sources d’inspiration musicale, pour le dernier album, ce serait quoi?

AZ : J’ai de la misère à mettre le doigt sur ça plus concrètement. Depuis que je travaille pour les Studios Apollo, j’ai rencontré vraiment beaucoup de gens enrichissants. J’ai rencontré plein de musiciens; je pense notamment à Gabriel Gagnon. Ce gars-là a réalisé Milk and Bone. Je le vois et je trouve qu’on se ressemble vraiment. Il est autodidacte et un peu bum. Ce qu’il fait, il l’a appris tout seul, parce qu’il est passionné. J’ai vu le chef-d’oeuvre qu’il a fait avec Milk and Bone, et j’ai dit : toi, tu viens faire des claviers avec moi sur mon album. Je veux que tu mettes de toi là-dedans, parce que j’aime vraiment ce que tu fais. Alors je te dirais que mon inspiration m’est venue de mon entourage, au lieu de te dire tel groupe ou tel groupe, parce que c’est faux. Je ne peux même pas te nommer de groupe.
LN : Si tu avais à penser à quelqu’un que tu considères comme un modèle ou qui t’inspire beaucoup au quotidien, ce serait qui?

AZ : Je suis inspirée par toutes les femmes fortes. Björk a déclaré ceci récemment sur son Facebook : «Les filles dans la vingtaine, j’ai quelque chose à vous dire : ce n’est pas dans votre tête, c’est fucking tough. Chaque chose qu’un homme va dire une fois, vous, il faut que vous le disiez cinq fois.».
Je suis vraiment inspirée par les modèles de femmes de tête, notamment dans le milieu de la musique, parce que ce n’est pas facile pour une fille. Je pense à Grimes, qui a sorti un article vraiment inspirant sur les femmes dans le milieu de la musique.

En fait, on se fait toujours critiquer sur notre image. Juste Coeur de Pirate, par exemple; dans son Instagram, à chaque jour, il y a des gens qui lui disent : tu es trop grosse, trop maigre, es-tu enceinte? Alors que les gars, ils s’en foutent. Je suis inspirée par les femmes qui restent debout malgré toutes ces difficultés-là.

Pour t’imprégner de l’indie folk pastel d’Ariane, tu peux te procurer l’album Oui mais non sur iTunes. La blondinette fera également la première partie des soeurs Boulay pour quelques dates en novembre.

Par Amélie Hubert-Rouleau
Collaboratrice spontanée

Tu veux que ton texte soit publié sur lesnerds.ca? Voici comment:
Soumettre un texte spontané

Vidéo récente
- Divertissement

10 films d'ado culte à écouter encore et encore !

Plus de divertissement

5 endroits queers où faire de belles rencontres à Montréal

5 endroits queers où faire de belles rencontres à Montréal

Netflix Canada: nouveautés disponibles en septembre 2019

Netflix Canada: nouveautés disponibles en septembre 2019

10 films d’ado culte à réécouter sans modération

10 films d’ado culte à réécouter sans modération

Marie-Pier Hamon -

Populaires

Tout abandonner pour réaliser ses rêves en Gaspésie

Tout abandonner pour réaliser ses rêves en Gaspésie

Julien Benca -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Glamping: 5 endroits au Québec où passer une nuit pas plate

Glamping: 5 endroits au Québec où passer une nuit pas plate

Nerds -

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.