All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

La solution pour réussir tes résolutions

Par Julien Marchand – le dans Carrière, Productivité, Vie étudiante
Ceci n'est pas une chronique littéraire, promis.

Haruki Murakami, tu connais? Un écrivain. Au Japon, chaque nouveau livre qu’il sort est attendu avec la même hystérie que l’annonce du prochain Harry Potter. Les gens installent des campements de fortune devant les librairies de partout au pays. Chaque nouveau livre est vendu à des millions d’exemplaires, et je parle seulement de la première semaine de ventes. Nous avons Justin Bieber, ils ont Haruki Murakami.

murakami
Source: Haruki Murakami

Pourtant, Murakami n’a pas toujours été Murakami.

À 28 ans, il est propriétaire d’un minuscule jazz-bar à Tokyo. Il boit et fume excessivement. Il se couche tard, se lève tard. Un mode de vie peu recommandé par ton médecin. Mais surtout, il n’écrit pas de romans.

Jusqu’à un dimanche après-midi.

Gros soleil, match de baseball, il est accompagné par les deux meilleurs amis pour ce type de journée : bière et hot-dog. On n’est pas très loin du rêve américain. Mais arrive la sixième manche, la fraction de seconde, l’illumination. À ce moment précis, il le sait, ça ne fait pas de doute : il veut écrire des romans. Ça le frappe comme un coup de bâton de baseball sur la tête. Il ne rêve pas de devenir une superstar de la littérature, non, mais tout simplement d’écrire des romans.

Et c’est ce qu’il fait. En l’espace de quelques mois, il publie un premier roman. Un succès d’estime, mais une superstar n’est pas née. Il comprend cependant une chose : le succès vient avec une méthode de travail rigoureuse et une méthode de travail rigoureuse vient avec de bonnes habitudes.

Garde ça en tête, j’y reviens bientôt.

En attendant, je veux te parler de résolutions. Plus précisément du problème que j’ai avec les résolutions. Au pluriel, parce que j’en ai deux principaux : 1) l’accent qu’on met sur nos objectifs et 2) l’idée de fixer nos objectifs sur le long terme.

«Je veux perdre 20 livres pour être instagrammable sur la plage cet été», «Je veux une promotion d’ici la fin de l’année» ou encore le classique «Je veux arrêter de fumer». Une liste non-exhaustive, mais je viens très probablement de mettre le doigt sur ta résolution 2016.

Voici l’erreur qu’on fait : on a tendance à surestimer notre capacité à s’auto-discipliner. De là, on se fixe des objectifs irréalistes hors de portée, du genre : «Je vais aller au gym 5 fois/semaine pour les 52 prochaines semaines». Juste de l’écrire, je suis découragé pour toi. Au début, l’attrait de la nouveauté fait son effet. Mais une fois que la variable «plaisir» diminue dramatiquement, l’orgueil embarque et c’est rapidement suivi de la culpabilité. Et quand ce sont des raisons négatives qui te poussent à l’action, c’est le début de la fin. Ou plutôt le retour à la case départ et, dans ce cas-ci, ton divan.

Simplification : au lieu de concentrer tes énergies sur des objectifs à long terme, tu devrais miser sur des bonnes habitudes à court terme.

C’est ici que je reviens à Murakami.

Je te l’ai déjà dit, il ne rêve pas de devenir une superstar de la littérature. Il veut écrire et il veut être meilleur. Et il sait une chose : pour s’améliorer, il lui faut développer une discipline conséquente. Alors ce qu’il fait, il n’arrête pas de boire ni de fumer, il prend le chemin inverse. Il commence le jogging. D’abord par intérêt, ensuite par dépendance. Les fumeurs le comprendront : si tu te mets au jogging, tu te fais simultanément deux nouveaux ennemis : tes poumons. La suite est une question de priorités, une dépendance en remplace une autre. La cigarette et l’alcool deviennent naturellement de mauvaises habitudes à éliminer. Et il ne s’arrête pas là, il devient un coureur exceptionnel. Passé soixante ans, il fait encore des marathons à temps perdu. Tu le verrais, tu lui donnerais une décennie de moins.

L’idée n’est pas de s’obliger à arrêter nos mauvaises habitudes, mais plutôt de prendre de bonnes habitudes qui auront un impact direct et positif sur les mauvaises. Tu veux perdre du poids? N’arrête pas de manger, mais marche tous les jours et plus longtemps. N’arrête pas tes sorties au restaurant, mais cuisine tes repas plus souvent, et ainsi de suite. Au bout d’un moment, l’envie de fastfood s’en ira d’elle-même et les résultats arriveront plus vite que tu le penses.

Ce qui m’amène au deuxième problème : le long terme.

«Cette année, j’arrête de fumer», «Cette année, je fais un double ironman» ou mieux encore, «Cette année, j’écris un roman».

Intéressant. Mais plus intéressant encore, les études sur le sujet. Je t’en donne les grandes lignes. C’est une théorie de plus en plus acceptée qui dit que nous sommes, en tant qu’individus, non pas des identités constantes, mais une suite de plusieurs identités successives. Lorsqu’on pense à nous-même dans le futur – mois, année, décennie -, nous avons tendance à nous nous imaginer à la troisième personne. Comme dans «Je fume, il dealera avec son cancer». Comme dans «Je procrastine, il révisera une session en une journée». Parce que l’être humain est bien fait (ou mal fait, c’est selon), lorsqu’il doit envisager le futur, il le fait en s’excluant.

Je reviens aux résolutions. Plus tu fixes l’échéance loin dans l’espace-temps, moins tu te sens interpellé. Plus tu repousses, plus tu passes en mode déni.

Voici une alternative : des objectifs mensuels. J’invente rien, le défi yoga 30 jours, ce n’est pas un hasard. Les exemples ne tiennent pas sur une page. L’équivalent serait d’échelonner l’ascension d’une montagne par petites étapes au lieu de fixer le sommet dès le début. La théorie est simple, et si elle ne porte pas de nom, je propose simplement «les petites victoires». Se fixer des objectifs simples, réalisables, à portée de mains et réinvestir son énergie dans l’accomplissement du prochain «petit» défi.

Murakami a 28 ans et il aime courir. Il ne rêve pas de faire des marathons passé la soixantaine. Il ne rêve pas non plus de devenir une superstar de la littérature.

Vidéo récente
- Carrière

Comment tourner tes défauts en avantages en entrevue

Plus de carrière

Comment trouver sa place en tant que jeune professionnelle?

Comment trouver sa place en tant que jeune professionnelle?

Amélie Desmarais -
Le bonheur est dans le changement

Le bonheur est dans le changement

Karine Boileau -
Morning Miracle : 6 minutes pour changer ta vie

Morning Miracle : 6 minutes pour changer ta vie

Marie-France Poulin -

Populaires

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

Kim Bélisle -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
À toi avec qui ça n’a pas marché…

À toi avec qui ça n’a pas marché…

Nerds -