All time BetterBe Branchez-vous Carrières

Le hamster dans ma tête

Par Nerds – le dans Santé

«Techniquement, l’attention dure 1 minute, ensuite c’est fini.» – Sandrine Brisson, comédienne, Tout le monde en parle

J’aimerais donc ça que ça soit vrai. J’ai souri pendant 30 secondes en me disant qu’une minute, c’était ambitieux. Parce que dans ma tête à moi une minute, c’est long, c’est ben plus que 60 secondes. J’ai eu le temps de cligner des yeux un peu trop de fois pis de perdre le fil.

Vivre avec un «trouble» déficitaire de l’attention à l’âge adulte, c’est apprendre à composer différemment avec plusieurs aspects du quotidien. Je mets le mot trouble entre guillemets parce que je le trouve tellement péjoratif. Un trouble, ça sous-entend pas une diversité, ça sous-entend pas qu’on a des aptitudes tellement belles et fortes. Et c’est pourtant ce qu’on est, différent et bien beau là-dedans. Y’a certes des béquilles qui nous manquent, qu’on doit pallier tous les jours de notre vie.

lwGy9Crédit photo: Someecards

Au moment d’écrire ces lignes, j’ai pris 3 bonnes heures à mettre mes idées en place. Habituellement, la rédaction me prend 20 minutes. J’écris comme je parle, vite et de manière concise. Sauf que sans médication, toutes sources de distraction deviennent sources de procrastination. J’ai tenté, en vain, de remettre un travail 2 mois à l’avance durant la semaine de «relâche». J’entends déjà les autres troublés me dire «quelle bonne blague». Parce que c’est aussi ça le mautadit TDAH, c’est voir ses bonnes intentions être trop souvent doublées par un excès de procrastination. On est passé maître dans l’art de se coucher tard avant une remise de travail, ou dans l’improvisation de ce qu’on allait dire en présentation la demi-heure avant.

Qu’on se le dise, la médication a sauvé mon parcours scolaire, pis peut-être même ma vie. Vous pardonnerez donc mon ingratitude parce que je suis aussi obligée de dire que le moment de prendre la pilule tous les matins est mon pire de la journée. On s’habitue pas aux nausées, jamais qui disent. J’ai fait le choix de mener une carrière sans médication, à la fin de mon bacc. C’est un luxe que peu réussissent à se payer. C’est un peu l’avantage d’avoir vécu 23 ans sans pilules, d’avoir compris comment s’en passer de façon plus ou moins glorieuse.

Y’a aussi les émotions. Elles sont trop grosses, trop ressenties. Des fois, la plus banale des situations peut entrainer une vague assez forte pour créer une vraie souffrance, le genre qui te rend trop petit pour ta rage, pendant 5 minutes. C’est dur parce que les gens n’y voient que de l’over-réaction, comme si on choisissait d’être soupe au lait quand, au fond, on sait juste pas vraiment gérer notre trop-plein de fond-de-frustré.

Ce qu’on parle moins, c’est de la beauté de notre «trouble». On est créatif, excellent communicateur, maître du plan B, dévoué à ce qui nous semble intéressant. Je peux, par exemple, passer des heures à écrire sur ce blogue sans même me rendre compte du temps qui file, mais ne me demande pas d’en faire autant lorsqu’il s’agit de mon examen de cette semaine. Ce que je me plais à appeler mon «retard mental» est un peu le fuel qui me pousse à vivre à fond chaque journée et participer à plusieurs projets, à approcher les gens et prendre le lead lorsqu’il le faut. Je m’habituerai jamais aux nausées ni à être normale, c’est un peu de mon charme que je dois droguer pour fonctionner au quotidien. Mais jamais, oh grand jamais, je n’accepterai le trouble comme une fatalité, il s’agit beaucoup plus d’une différence qui m’entraine bien plus loin , bien plus haut.

Par Chanel Garceau
Collaborateur spontané

Tu veux que ton texte soit publié sur lesnerds.ca? Voici comment:
Soumettre un texte spontané

Continuez votre lecture

Le monstre dans ma tête

Le monstre dans ma tête

Nerds -
Réussir avec un trouble déficitaire de l’attention

Réussir avec un trouble déficitaire de l’attention

Nerds -
La fois où j’ai dû mettre ma vie sur pause

La fois où j’ai dû mettre ma vie sur pause

Chloé Néron -
Deux semaines en une pour toi

Deux semaines en une pour toi

Joanie Hébert -
Ma belle amie…

Ma belle amie…

Joanie Hébert -
Combat dans ma tête; comment m’en sortir

Combat dans ma tête; comment m’en sortir

Nerds -
Le casse-tête de la rédaction scientifique

Le casse-tête de la rédaction scientifique

Sara Marcil Morin -
L’improbable quotidien d’une étudiante TDA/H

L’improbable quotidien d’une étudiante TDA/H

Marie-Pier Gauthier -
3 trucs pour intégrer l’activité physique au bureau

3 trucs pour intégrer l’activité physique au bureau

Kapria-Jad Josaphat -
Au pire, y’a sûrement du bonheur qui traîne dans une boîte d’objets perdus

Au pire, y’a sûrement du bonheur qui traîne dans une boîte d’objets perdus

Nerds -
L’igloo dans ma tête

L’igloo dans ma tête

Roxane Chouinard -
Le pire restaurant de ma vie

Le pire restaurant de ma vie

Raphaelle Dubé -
Ma vie en photomascope

Ma vie en photomascope

Marie-Audrey Perron -
OSHEAGA et le génie de Jagwar Ma!

OSHEAGA et le génie de Jagwar Ma!

Nerds -
Suspendre le temps pour un instant

Suspendre le temps pour un instant

Valérie Martel -

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.