All time BetterBe Branchez-vous Carrières

Les hommes piégés par l’industrie de la beauté?

Par Emil Morin – le dans Psycho, Société
Plusieurs années avant ce texte, les hommes, nous nous sentions exclus du carnage que l’industrie de la beauté affligeait à bien des demoiselles. Nous regardions la femme, infectée, contaminée, déstabilisée par  l'imposition des critères de beautés. En vérité, les modèles de beauté, c’est dans le crâne, de force, qu’on vous les enfonçait.

Les hommes piégés par l’industrie de la beauté?

Souvent, à cette époque, j’entrevoyais mes amies, se faire vomir dans l’espoir de se rapprocher d’elle, cette femme inatteignable. Vous avez compris le paradoxe, cette contradiction est violente et la manière de s’y perdre est agressive. Quand j’observais mes proches, je me souviens de les trouver si belles. Combien de fois, dans le vide, des compliments, je leur ai lancés! Je les glorifiais, honnêtement, et pourtant… L’anorexie et la boulimie se taillaient une place sur les côtes de plus en plus détaillées et les trachées de plus en plus irritées des femmes que j’affectionnais.

La difficulté de toujours ressentir la faim les entraînait à consommer toutes sortes de cochonneries, des coupes-faim, des amphétamines, amenez-en! Elles qui n’aspiraient qu’à être belles, finissaient par se maganer, se détériorer, simplement devenir moins en santé et s’éloigner d’une vraie beauté. Vous savez, celle du bonheur qui transparaît sur un visage sain. Tout ça, apparemment, afin de devenir belles pour elles. À force de s’enfoncer, elles n’étaient plus jolies pour personne. Si seulement elles avaient pu comprendre que d’atteindre la femme inatteignable, c’est inatteignable. Cette femme de magazine, que je considère comme un fantôme. On en entend parler, on en voit sur photos, sur vidéos, mais en vrai, jamais.

Nous croyant épargnés, nous les hommes, l’industrie elle, nous tenait, depuis longtemps, dans sa ligne de mire. Elle attendait simplement d’avoir aiguisé ses griffes sur la gent féminine pour ensuite tenter de nous couillonner version «beaux abdos bien découpés, deltoïdes surhumains, dos en V, barbe colossale à la Zeus, peau ultra douce, plus un poil nul part, etc.»

J’avais zéro envie de me précipiter dans ce tourbillon infernal. Malheureusement, j’ai cru constater que les femmes convoitaient davantage les mecs qui copiaient ce look. Par désir de pouvoir encore plaire, je commençais illico l’entraînement. J’ai réussi à arrondir mes épaules, prendre un peu de bras, mais me rapprocher du modèle susmentionné? Jamais! Moi qui, plusieurs années avant, me sentais à l’abri et simple spectateur de la folie de cette démarche. Bien non,  j’y adhérais spontanément, motivé par le regard et les nouveaux désirs des femmes. Vous pouvez oublier le «beau pour moi»,  j’en avais rien à battre de me plaire. Plaire aux femmes, c’est tout ce qui m’importait.

Vouloir prendre du muscle me fit manger davantage et m’entraîna à prendre du gras finalement. Me trouvant gros, je débutais l’aberration des régimes. La spirale que je croyais spécifiquement féminine me bastonnait maintenant les tympans. «Tu dois être beau, tu dois être mieux fait», ce sont les mots qui raisonnaient dans ma boite crânienne toute la journée. Eh oui, l’industrie et les idées de masse pouvaient, moi aussi, me résoudre à vouloir devenir un simple contenant, répondant aux souhaits des femmes. La prétention de me croire intelligent avait vite pris le bord, je vous l’assure.

Oui, c’est ridicule, mais oui, c’est notre nouvelle réalité à nous les hommes. On veut être beau, presque à tout prix et sinon, ça s’en vient. Paradoxalement, ce sont les femmes qui me tannent avec ce que je devrais changer pour être plus cool et plus hot, afin d’atteindre la beauté du mec superficiel. Pourtant, elles ont été les premières à souffrir de cette débilité. En réfléchissant bien, je vous propose, mesdames, maintenant que nous sommes atteints et contaminés tels que vous, de nous allier pour nous sortir de cette spirale de fous. Réapprenons à nous trouver attirants mutuellement, au naturel.

Je sais que vous aussi, à la base, vous désirez plaire avec vos imperfections. Croyez-moi, nous aussi, c’est ce que nous convoitons.

L’union engendre la force à ce qu’il paraît, alors, essayons-le…

Continuez votre lecture

À toi, la beauté imparfaite

À toi, la beauté imparfaite

Laurie Belletête -
La culpabilité de manger

La culpabilité de manger

Nerds -
De l’encre dans la tête

De l’encre dans la tête

Marie-Audrey Perron -
Cesser de se comparer pour apprendre à s’aimer

Cesser de se comparer pour apprendre à s’aimer

Karine Boileau -
Le vrai visage de la beauté

Le vrai visage de la beauté

Laurence Nguyen -
Apprécier sa beauté naturelle avec Love & Beyond

Apprécier sa beauté naturelle avec Love & Beyond

-
La pression de la minceur

La pression de la minceur

Eve Bilodeau -
Make Fur History : pour en finir avec l’industrie de la fourrure

Make Fur History : pour en finir avec l’industrie de la fourrure

Nerds -
L’adolescence, ça finit par passer!

L’adolescence, ça finit par passer!

Un parcours de toute beauté

Un parcours de toute beauté

Nerds -
Au jour le jour, l’amour: Je suis la seule en couple

Au jour le jour, l’amour: Je suis la seule en couple

L’art de la comparaison

L’art de la comparaison

Nerds -
Devenir beau avec le temps

Devenir beau avec le temps

Sophie Prévost -
Amitié entre hommes et femmes : mythe ou réalité ?

Amitié entre hommes et femmes : mythe ou réalité ?

Valerie Landry -
«Les vraies femmes ont des courbes»

«Les vraies femmes ont des courbes»

Valerie Landry -