All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

J’ai osé retourner aux études pour poursuivre une passion artistique

Par Marilou LeBel Dupuis – le dans Chroniques
Bien oui toi, après une incursion sur le marché du travail, j'ai décidé que c'était pas (encore) pour moi.

Il y a bien sûr plusieurs raisons qui poussent les gens à retourner aux études. Certaines personnes se sont trompées de voie, d’autres veulent se perfectionner dans leur domaine, gagner plus; certaines personnes n’avaient pas les moyens financiers de réaliser leurs ambitions avant… pis y’a les personnes comme moi. J’étudie la création littéraire. J’imagine que n’importe qui d’autre qui retourne aux études pour poursuivre une passion se fait un peu beaucoup questionner par son entourage.

D’un point de vue extérieur, j’en conviens, mettre sa vie sur «pause» pour faire de quoi d’artistique, ça peut avoir l’air étrange. On est tellement axés sur la productivité et sur l’argent comme société qu’on ne sait pas trop comment digérer une envie comme la mienne. Déjà que j’ai fait un Bacc en enseignement dont je me sers actuellement pas, je m’en vais en plus faire de quoi qui, concrètement, ne va pas me faire vivre? Bien oui.

Comment t’expliquer?

J’ai eu une sorte d’épiphanie voilà quelques années; je me suis rendu compte que j’étais habitée d’une grande créativité, mais que celle-ci sortait rarement de ma tête. J’ai toujours été attirée par l’écriture, la musique et les arts, mais on ne peut pas dire que ça a déjà été ma priorité numéro 1. J’étais trop occupée à étudier, à travailler ou alors à avoir une vie sociale, you know. Mais quand j’ai réalisé que j’étais triste de ne pas être en contact avec mon côté créatif, je me suis mise à lui accorder davantage d’importance, à le cultiver.

Fast forward à maintenant, je sens que j’ai fait ce que je pouvais par moi-même. Par contre, je sais que je peux faire plus, et je veux faire plus. J’ai donc décidé de me consacrer à moi-même et à ma créativité à temps plein, et voir où ça va me mener.

À quoi ça sert? En gros, je le fais pour moi, pour me réaliser. Je sens que je dois explorer ce côté de moi, sans quoi je passerai le reste de mes jours à me demander: et si j’avais osé? J’ai l’impression de m’être choisie face à la logique mercantile, honnêtement. Pis ça fait du bien!

Comment ça feel?

Je me préparais mentalement à être la plus vieille (à 27 ans…), à être un peu exaspérée… mais c’est pas arrivé. Tout le monde est tellement dans sa bulle, pis je clash pas du tout avec mon âge, finalement. Yeah!

Reste qu’on est toutes et tous là pour la même raison, c’est-à-dire pour créer et donner le meilleur de nous même. Ça nous rassemble beaucoup plus que n’importe quel autre critère, et ça fait du bien. Cette omniprésence de gens qui te comprennent dans ta «folie» créative est aussi très stimulante. Juste pour ça, ça vaut la peine de retourner étudier dans ton domaine artistique de prédilection.

Au final, je peux déjà dire que de retourner aux études était LA chose à faire pour moi. J’le feel dans mon intérieur, très profondément. Je te souhaite de vivre la même chose!


Crédit photo de couverture : Siora Photography | Unsplash

Vidéo récente
- Chroniques

Toi qui prends le métro chaque jour, j'ai des choses à te dire (suite)

Plus de chroniques

Voici pourquoi tu devrais aller voter le 21 octobre prochain

Voici pourquoi tu devrais aller voter le 21 octobre prochain

Julien Benca -
La fois où j’ai été distributrice

La fois où j’ai été distributrice

Es-tu pour ou contre la nudité sur Instagram?

Es-tu pour ou contre la nudité sur Instagram?

Marie-Pier Hamon -

Populaires

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

Kim Bélisle -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Ce qui est turn-off selon les gars et les filles

Ce qui est turn-off selon les gars et les filles

Valerie Landry -

Marilou LeBel Dupuis

Marilou est une bachelière en éducation qui fait tout sauf enseigner au Québec. Ses amies, écrire, voyager et le Red Bull aux bleuets la rendent heureuse