All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Génération stalker

Par Laurence Lécuyer – le dans Société
Nous sommes nés au moment où les premières vagues de technologie frappaient le rivage. Nous avons grandi au rythme des générations d’iPhone. À l’ère du numérique, notre plus grande préoccupation est devenue l’accessibilité à un réseau Wi-Fi. Nous baignons dans un monde technologique en constante évolution. Hyper branchés et hyper exposés, nous sommes les milléniaux.

Du bout de notre téléphone, nous organisons, appelons, textons, créons, regardons et écoutons. Cet outil n’a jamais été autant utilisé que pour un autre aspect que sa nature première: communiquer. On se fait croire que les médias sociaux nous permettent de rester en contact avec notre entourage, alors que la vérité est que notre fil d’actualité n’est que rarement utilisé pour se tenir informés. On scrute, on juge, on clique, on cherche, on fouille; on stalk. On tente vainement de combler cette curiosité malsaine de tout savoir, sur tout le monde, tout le temps.

On expose une partie de notre vie avec des photos reflétant une illusion de la réalité pour recevoir en retour une parcelle d’amour virtuel. Étrangement, on semble avoir troqué notre vie privée pour des likes. Chaque moment doit être cadré dans un angle impeccable avec une luminosité adéquate. Quelques minutes suffisent pour survoler les goûts, les amis et les derniers voyages d’une personne.

Avec les médias sociaux, la définition des premières rencontres a complètement changé. On doit feindre de ne pas connaître déjà beaucoup (trop) de détails sur l’intimité de la personne qui se trouve devant nous. On pèse nos mots pour s’assurer de ne pas être démasqué parce que même s’il s’agit d’un phénomène généralisé, on ne désire surtout pas être identifié comme le stalker.

Ne va-t-on pas trop loin parfois? Est-ce utile que de toujours vouloir feuilleter la vie des gens que l’on côtoie? D’un côté, on peut découvrir des intérêts communs avec certaines personnes, mais de l’autre, on juge vite et facilement sur aussi peu que des images et des vidéos. Imaginons notre vie sans médias sociaux. Aucune photo ne serait requise à la réception de notre assiette au restaurant. Aucune perte de temps à fouiner sur la vie des autres. Aucun sentiment de découragement devant des commentaires haineux sur la tenue vestimentaire d’une personnalité publique.

Les réseaux sociaux font partie intégrante de notre mode de vie. Avec un peu de réflexion, on parviendrait peut-être à en faire une meilleure utilisation. On apprécierait davantage le moment présent dans la réalité physique que dans l’univers virtuel de notre prochain post Instagram. On y parviendra un jour, peut-être.

Vidéo récente
- Société

Supprimer ton ex de Facebook: les pour et les contre

Plus de société

Je pense que le témoignage de Donald Duguay peut changer la société

Je pense que le témoignage de Donald Duguay peut changer la société

Marie-Pier Hamon -
World Press Photo, une année particulière sous la lentille

World Press Photo, une année particulière sous la lentille

Émilie Bossé -
3 raisons d’adopter un animal abandonné

3 raisons d’adopter un animal abandonné

Émilie Bossé -

Populaires

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

Kim Bélisle -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
À toi avec qui ça n’a pas marché…

À toi avec qui ça n’a pas marché…

Nerds -