All time BetterBe Branchez-vous Carrières

Tu en dis plus sur toi que tu le penses

Par Valerie Landry – le dans Divertissement, Psycho, Société
Mercredi dernier, j'ai assisté à la représentation de la pièce Je crois ? au théâtre Prospero.

C’est l’histoire d’une sœur et son frère, Pauline et Jean, qui décident un jour de parler en inversant le « je » et le « tu ». Toi c’est moi, moi c’est toi! Ce jeu enfantin qu’on pourrait croire inoffensif aura des conséquences inattendues puisqu’arrivé à l’âge adulte, Jean se retrouve subitement sans accès à ses propres pensées. En revanche, il peut désormais lire les pensées des autres. Cette étrange pathologie le condamne à n’avoir de connaissance sur lui même que par le biais d’autrui, à se percevoir uniquement de l’extérieur.

pr1617_web_jecroisThéâtre Prospero

J’aime tellement ce genre de concept qui nous transporte vers une tout autre réalité et nous pousse à nous demander : qu’est-ce qui se arriverait si…?

Qu’est-ce qui se arriverait si nous n’avions plus accès à nos pensées, nos avis, nos opinions, nos goûts, nos valeurs que par le biais d’autrui? Qu’est-ce que ce serait, de ne plus se comprendre, de ne plus savoir si on apprécie un film, si on a faim ou soif, si on aime quelqu’un… Parce que de ne plus avoir accès à ses propres pensées, cela n’exclut pas qu’on a une personnalité, mais plutôt qu’on ne puisse pas y accéder, comme si on vivait dans une enveloppe corporelle sans vraiment savoir ce que l’on veut… sauf en lisant dans les pensées des autres qui formulent des idées sur soi.

Est-ce que les gens qui nous connaissent en savent assez pour nous déchiffrer et nous informer de qui on est? Peuvent-ils nous connaître autant, sinon plus que nous-mêmes? Notre perception de soi est-elle brouillée parce que nous la percevons de l’intérieur? Et puis, vivre selon l’opinion d’autrui, est-ce que ça reviendrait à s’abandonner soi-même pour plaire aux autres?

large-1Weheartit

À bien y penser, un exercice fait au secondaire m’a démontré que mes collègues de classe, que j’avais côtoyée une année au moins, me connaissaient plus que ce que je croyais montrer aux autres. Chaque étudiant s’était vu remettre une liste des noms de tous les élèves du groupe. Chacun était tenu d’ajouter une qualité à la suite de chaque nom, anonymement. Ils avaient décelé des qualités, des traits de caractère que je croyais bien cachés ou altérés dans le but de montrer une image de moi et garder mes faiblesses enfouies.

Puis, notre prof avait regroupé les feuilles et, la semaine suivante, nous avait remis une feuille où étaient transcrites toutes les qualités qui nous avaient été attribuées. Sur une trentaine de qualificatifs, pas un seul qui ne me correspondait pas. Tous étaient différents. Je me retrouvais dans chacun d’entre eux. Et pourtant, je ne m’entendais ou ne me tenais pas nécessairement avec chaque personne du groupe.

Peut-être qu’on en dit plus sur nous qu’on ne le croit ou qu’on ne se l’avoue. Notre démarche, notre façon de parler, de se présenter, d’agir avec nos amis, tout cela en dit long sur une nous. On communique tout plein d’information (caractère, assurance, tempérament, énergie, intérêt, attitude), et ce, sans même s’en rendre compte. Imaginez alors tout ce que les gens près de nous ont accumulé comme données au cours des années!

Comme quoi, bien qu’on se forge une identité publique, bien qu’on choisisse ce que l’on souhaite montrer au monde entier, le fond de notre âme n’est pas inaccessible à ceux qui croisent notre chemin…

La pièce Je crois ? est une mise en scène de Benoît Rioux et elle est présentée au Théâtre Prospero jusqu’au 3 décembre prochain. Si t’as envie de te poser toutes ces questions, comme moi, c’est par ici

Continuez votre lecture

Quand juger devient une seconde nature

Quand juger devient une seconde nature

Laurence Lécuyer -
Ce matin, j’sentais toi et j’ai haï ça

Ce matin, j’sentais toi et j’ai haï ça

Andréanne Beaupré -
Dire «Oui, je le veux» en 2016

Dire «Oui, je le veux» en 2016

Un bac, ça change pas l’monde sauf que…

Un bac, ça change pas l’monde sauf que…

Amélie Desmarais -
Tomber en amour au deuxième regard

Tomber en amour au deuxième regard

Il n’est pas assez grand

Il n’est pas assez grand

Valerie Landry -
Toi aussi, tu peux prendre le temps de prendre le temps

Toi aussi, tu peux prendre le temps de prendre le temps

Melina Geremia -
À toi, la beauté imparfaite

À toi, la beauté imparfaite

Laurie Belletête -
Foncer dans la vie, maintenant ou jamais

Foncer dans la vie, maintenant ou jamais

Noémie Ferland -
S’il t’aime vraiment, tu n’auras jamais à poser ces questions

S’il t’aime vraiment, tu n’auras jamais à poser ces questions

Valerie Landry -
Le jour où j’ai découvert la perception

Le jour où j’ai découvert la perception

Émilie Tourangeau -
Déjà 25 ans, ouin pis?

Déjà 25 ans, ouin pis?

10 preuves que tu es avec la bonne personne

10 preuves que tu es avec la bonne personne

Valerie Landry -
Penses-tu qu’on peut s’aimer plus tard ?

Penses-tu qu’on peut s’aimer plus tard ?

Mélissa Lavoie -
As-tu peur du succès?

As-tu peur du succès?

Noémie Ferland -